J’ai eu la chance de découvrir les Royal Republic en live, lors d’un concert à la Flèche d’Or à Paris, alors qu’ils partageaient la scène avec les très bons Mintzkov et deux autres groupes plus oubliables.

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, n’ayant jamais entendu parler de la formation auparavant. Enfin si, le nom m’évoquait vaguement quelque chose, l’affiche aussi… certainement croisée au hasard des couloirs de métro.  Enfin bref, j’étais dans la salle à attendre que les roadies finissent de changer le set, quand les lumières se sont éteintes… Et qu’un puissant « one, two, three, four !! » se fasse entendre suivi d’un riff de métal à fond les ballons et d’une batterie déchaînée. « Oula ! » c’est pas trop mon truc les agités du casque qui remuent leurs cheveux en vomissant leur bière. Premier mouvement de recul donc, instinctif.  Puis, après quelques secondes, le côté métal s’estompe, la deuxième guitare lance une petite ritournelle à 200% « rock californien », les lumières s’allument et un grand escogriffe, mélange improbable d’Elvis et d’un bûcheron hongrois, prend la place du chanteur.

Je capte rien à l’anglais, surtout en live, mais pas besoin d’être bilingue pour comprendre l’ironie et la bonne humeur qui se dégagent de ce groupe, qui s’amuse à jouer avec les codes du rock, en prenant à contre-pied beaucoup d’images de « poseurs » pour se contenter de livrer un show énorme et de prendre du plaisir sur scène.

Si on cherche, on trouve dans leur musique un peu de tout, et beaucoup de bonnes choses : des influences punk et métal, mâtinées d’un soupçon d’Offspring pour la bonne humeur et le second degré, un sens du riff qui n’est pas sans rappeler les Franz Ferdinand de la bonne époque (un riff, puis un autre, et ça tourne et ça se mélange, et c’est sur-efficace !). Et une présence scénique vraiment hors normes.

http://www.youtube.com/watch?v=xiIwwClCWNk

Ça c’était donc pour ma première rencontre avec le groupe.
Rentré chez moi, petit tour sur la toile pour savoir un peu qui ils sont : première nouvelle, ils sont suédois. Je ne sais pas pourquoi je les avais imaginés allemands. Deuxième nouvelle, leur premier album est enregistré, sorti, et a reçu beaucoup d’éloges là-bas, et ils commencent à se faire une sacré réputation un peu partout en Europe. Troisième nouvelle, le dit album peut s’écouter un peu partout sur le net… On va voir ce que ça donne ! Même si habituellement, je suis déçu quand j’écoute les albums après avoir vu les groupes en live. Eh bien pas là…

A vrai dire l’album tourne en boucle depuis un bout de temps sur mon lecteur et je ne m’en lasse pas. Quelques titres sont vraiment marquants : Full steam spacemachine (vidéo ci-dessus), Tommy Gun (vidéo ci-dessous), Underwear. Ils ont ce je-ne-sais-quoi des grands tubes de rock, avec ce qu’il faut d’originalité pour ne pas être de mauvais formatages FM, calibrés pour lancer le groupe. La production est vraiment appréciable, tout sonne juste comme il faut, à la fois énervé et joyeux. J’ai pu me pencher un peu plus sur les textes au fil des écoutes et ils sont comme je les imaginais : juste tripants et… foncièrement désinvoltes !! Les filles n’ont qu’à bien se tenir, elles en prennent pour leur grade : « cry, baby cry, I d’ont need to know why » par exemple. Une bouffée d’énergie d’une heure et quelques, ça faisait très très longtemps que je n’avais pas entendu ça !!

C’est fun, c’est bien, le chanteur a une vraie voix, les riffs sont percutants et originaux, les arrangements parfaits… rien à redire, si ce n’est qu’il faut les écouter et se laisser inviter dans leur royaume !!

Le groupe sera en concert le 7 février à la Maroquinerie à Paris et on va organiser un petit concours pour vous faire gagner des places pour aller les voir !! Et on va même couvrir l’évènement, avec certainement pas mal de vidéos… Checkez bien Desinvolt !!

L’album, lui, sort en France dans une petite semaine (le 24 janvier), il est déjà disponible sur Deezer (lien ci-dessous) et je ne saurais que trop vous le conseiller !!

A mon avis, on a pas fini d’en entendre parler, en tous cas chez Desinvolt, on ne va pas les lâcher de si tôt !!

Tracklist :

  1. The Royal
  2. President Daughter
  3. Walkin down the line
  4. All because of you
  5. Good to be bad
  6. Full steam spacemachine
  7. Cry baby cry
  8. Tommy-gun
  9. I must be out of my mind
  10. Underwear
  11. 21st century gentleman
  12. The End
  13. OIOIOI

icone myspace MySpace
icone deezer Écouter Royal Republic sur Deezer