Durant deux semaines, Désinvolt s’envole à San Francisco. Histoire de voir ce qu’on se met dans les oreilles là-bas…

RASPUTIN MUSIC & DVDS

Encore un jour où je me réveille au son des sirènes de police et de pompiers. Aujourd’hui, le soleil californien n’est pas au rendez-vous. La grisaille et la pluie l’ont remplacé. En guise de petit-déjeuner, on ouvre une Budweiser et on poursuit une partie de GTA San Andreas avant de s’attaquer aux choses sérieuses. Étant donné que, le matin, les deux Julien sont en cours (c’est pas les vacances pour tout le monde),  j’ai tenté d’aller faire quelques photographies du côté des docks au nord de la ville. Bien sûr, le temps pourri a tout gâché. Je trouve quand même à me réfugier dans un fast food du coin avant de les rejoindre en début d’après-midi. “Vous connaissez des disquaires dans le coin les gars ?” Les deux Julien : “Ouais on ira chez Rasputin tout à l’heure.” Cool…

C’est au 69 Powell Street, juste avant Market Street,  que se trouve l’enseigne. Un immense (on est toujours en Amérique, ça ne sert à rien de le rajouter mais je le dis quand même) immeuble. Immense est un euphémisme : 5 étages, des rayons à n’en plus finir, des milliers de disques… L’endroit est une véritable mine d’or pour tous les mélomanes. Punk, rock, hip-hop, jazz, soul, électronique, world music, j-pop… tout y est ! On entre, obligé de prendre un ascenseur pour nous amener aux étages concernés. Dans l’ordre nous avons commencé par le 4ème étage consacré à la musique rock. Le disquaire n’est pas seulement un simple vendeur de disque : DVD, goodies, livres… accompagnent ici chaque achat. En trainant un peu, n’importe quel néophyte peut ressortir d’ici avec une culture musicale énorme (“énorme”… décidément, un mot qui revient souvent). Entre les classiques Beatles et Rolling Stones se côtoient des raretés comme T-Bone Walker, Big Joe William ou Carl Perkins. Des objets introuvables en France, ou alors très difficile d’accès.

5th floor : Hip-hop, Soul, Jazz. Là aussi, utilisez votre pioche pour déterrer votre pépite. Talib Kweli, SHAD, Insane Clown Posse, KRS-One… Le magasin réunit de très belles occasions à bas prix. Des disques récents à ceux beaucoup plus anciens, toujours en très bon état. L’occasion de faire le plein. J’ai fouillé un peu dans les bacs à la recherche de groupe ou d’artistes californiens, voir originaires de San Francisco. Mon regard s’est arrêté sur Pigeon John, un rappeur californien dont j’entends parler régulièrement depuis un moment en France. Son dernier album Dragon Slayer sort le 7 mars en France.

PIGEON JOHN – DRAGON SLAYER

Signé sur le label San-Franciscain Quannun Projects, Pigeon John est un rappeur californien qui a fait un petit peu parler de lui en France. Son dernier album produit par Hervé Salters alias General Elektriks (voir l’interview faite  par  Désinvolt ici) a permis au jeune homme de sortir un peu plus la tête du lot et de se rendre plus accessible au grand  public. Pigeon John officie depuis les années 90 maintenant, dans le milieu underground califronien en tant que rappeur tout en étant le géniteur de six albums studio. Son single The Bomb a déjà été diffusé sur les ondes radio il y a quelques semaines. Premier extrait détonnant, il expose parfaitement l’idée de ce que sera Dragon Slayer. The Bomb estompe un peu plus les limites entre pop et hip-hop. Derrière, les claps et les claviers old school de General Elektriks assurent le boulot. Pigeon John abandonne le rap pour pousser la chansonnette. Un vrai changement pour le rappeur, même s’il nous avait déjà fait le coup par le passé. La suite de l’album reste dans la même lignée que ce premier single. Les productions quant à elle, même si elles ne sont pas toujours originales, restent efficaces et le talent de Pigeon John rattrape ces passages à vide. Sur les onze pistes que contient Dragon Slayer, plusieurs morceaux comme Davey Rock It, So Gangster ou encore Hey You méritent largement leur place dans ce projet. Pas vraiment rap, pas vraiment pop donc, un très bon exemple de ce qui se fait dans le milieu indépendant californien.

Site Officiel de Pigeon John
Myspace de Pigeon John
Site Officiel de Rasputin Music & DVDs