Que ce soit clair, je suis un grand fan d’Oldelaf et de son acolyte Monsieur D. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit de chanson française à  “textes” et les guillemets ont ici de l’importance plus qu’on y croirait. Le premier album d’Oldelaf & Monsieur D. s’appelait Chansons cons et pour être cons (connes), les chansons en tiennent une couche. Vous avez forcément entendu Le café et si ce n’est pas le cas, la maison ne reculant devant aucun sacrifice, voici le clip (très classe d’ailleurs) :

Et si vous voulez en connaître plus, je vous conseille Raoul mon PitbullKer Chansonnec (pour nos amis bretonnants) ou encore Hirondelles (ma petite préf).

Absurdes à souhait, les chansons d’Oldelaf le sont, il n’empêche que c’est extrêmement propre, parce qu’être débile, ça ne s’improvise pas, ça se travaille. Et Oldelaf nous revient cette année en s’étant débarrassé de son acolyte, le mystérieux Monsieur D., pour un album digne de lui intitulé Le monde est beau, c’est-à-dire toujours avec des textes absurdes, parfois vulgaires, mais perso ça me fait vraiment rire.

Par contre, et on ne le dira jamais assez, mais Oldelaf tombe de toute évidence dans le travers d’en faire des caisses au niveau des arrangements, mais dans un style qui finalement n’est pas sans rappeler Mickey 3D (je veux dire celui de la grande époque, pas le nouveau passablement fade…). Même si ça ne gâche rien au style, les chansons passent sans rester en tête… Cela dit, je le soupçonne très fortement, à la manière de son titre ô combien ironique, d’avoir choisi ce style très pop sirupeuse pour contraster avec les paroles idiotes… D’ailleurs, la seconde partie de l’album revient à des bases plus saines avec un accompagnement simple à la guitare acoustique. Souvent tristes et un peu mélancoliques malgré l’humour sous-jacent,  les chansons d’Oldelaf offrent un regard un peu amer, mais aussi tendre sur le monde qui nous entoure : Facebook, les relations entre les gens bien sûr, mais aussi la morosité ambiante, les partis politiques etc…

Allez, il y a quand même La tristitude qui reste (le clip est là-dessous), ou même la triste-amère Courseulles sur Mer qui valent le coup d’oreille, pour un album finalement très homogène. Une mention spéciale pour l’adorable Les mains froides, petite comptine du dimanche après-midi.  Un véritable album de maturité pour Oldelaf ? Dans tous les cas plus triste qu’à son habitude. A suivre pour voir ce que ça donne en concert !

icone myspace MySpace de Oldelaf
icone deezer Écouter Le Monde est beau – Oldelaf sur Deezer
icone facebook Page Facebook de Oldelaf