C’est que le dernier week-end d’août est chargé sur la plaine armoricaine ! Pendant que l’ami Frédéric s’affaire à soulever l’épée Excalibur au festival du Roi Arthur à Bréal-sous-Monfort (35), je me suis rendue au festival des Deux cloches à Pédernec (22), plus précisément au Menez Bré (une partie des Monts d’Arrée).

Première édition pour ce festival monté par TCC PROD. Alors, on saute dans son chameau d’acier et on y va ! Entre artistes plus que bien assis dans le paysage musical et ceux que je peux croiser au bout de ma rue, le choix est vaste.

Ce sont les Rvines qui ouvrent la soirée, mais grâce à un merveilleux bouchon sur la route (merci le match Guingamp-Marseille !)  j’arrive pendant que Camadule Gredin distille sa verve un peu noire, un peu cynique, le mieux pour vous faire une idée est d’écouter quelques titres et de tenter une immersion en live.

camadulegredin

Étant à l’entrée du festival pendant un certain laps de temps, il y a certains groupes comme Cobra, Billy Ze Kick ou encore Minuit, que j’entends “de loin”. Gérard  Baste et Boris Viande s’occupent de clôturer la première soirée. Comme je suis une inculte, Gérard Baste est une découverte pour moi, hormis Je veux réveiller le punk bien sûr. Ça envoie sur scène ! Je serais bien restée pour Boris Viande mais levée depuis tôt le matin, le corps disait non…

pouppette

Pour la seconde journée, place aux chansons au goût de voyage de Vincent Prémel (qui faisait avec Camadule Gredin partie du groupe De Poil), suivi du music-hall version Pouppette, passant de Barbara à Dalida. Des instants de vie chantés de manière touchante, sans fioritures  ni sur-jeu. Vu l’heure, il n’y avait pas encore foule, c’est bien dommage pour eux.

Place à l’un des groupes faisant parti de la “fine fleur” du punk français. Prenez une bonne dose de musique traditionnelle bretonne, une bonne dose d’anarchisme, un petit quelque chose des Béruriers Noirs (Loran faisant partie de la troupe), vous obtenez un punk comme on n’en fait plus : les Ramoneurs de menhirs  (“celtique” rajouteraient d’autres mais ils tournent tellement ailleurs qu’en Bretagne que c’est bien plus que ça !). Entre BellArb, la Blanche Hermine et Ibrahim, les turbulents bretons remplissent le contrat. Et en voyant le “jeune” public suivre avec autant de ferveur, on se dit que la révolution est encore possible !

lesramo2

Burning Heads et Gringo finissent d’achever les festivaliers. On sent nettement les influences californiennes pour les Burning Heads. Mention spéciale au groupe lorsqu’ils rappellent à l’ordre les quelques brutes dans le public : punk oui, violent non.

Gringo, jeune groupe venu de Brest fait résonner les dernières notes sur le Menez Bré. Du bon blues-rock, même s’ils sont peu communicatifs, le public semble motivé par leur set.

ramo2

Ainsi se termine la première édition du festival des Deux Cloches,en espérant qu’il accueillera plus de monde en 2016 entre une vue imprenable sur le paysage environnant et une programmation qui n’a rien à envier aux plus gros. Report un peu succinct mais promis l’année prochaine on fera plus élaboré 😉

favicon du site suivant Site officiel du Festival des Deux Cloches
icone facebook Facebook du Festival des Deux Cloches

icone facebook Facebook de Gringo
icone bandcamp BandCamp de Gringo

icone facebook Facebook de Rvines

icone facebook Facebook de Camadule Gredin
icone page web
Site officiel de Camadule Gredin

icone page web Site officiel de Vincent Prémel

icone page web Site officiel des Ramoneurs de menhirs

icone facebook Facebook de Gérard Baste
icone page web Site officiel de Gérard Baste

icone facebook Facebook de Burning Heads
icone page web Site officiel de Burning Heads