Direction le Midwest des États-Unis, plus précisément l’Iowa et sa capitale Des Moines d’où est originaire Max Jury. À vingt-trois ans, le jeune auteur-compositeur et pianiste est passé par la célèbre école de musique de Berklee à Boston. Mais à l’époque, il arrête au beau milieu de la première année (pour une fille), avant d’y revenir (une rupture plus tard).

Après deux EP remarqués et de nombreux concerts en Amérique et en Europe, un temps en première partie de Lana Del Rey, son premier album sort ce 3 juin, sobrement intitulé Max Jury. Pas très inspiré, Max ? On comprend mieux à l’écoute des onze titres qui composent l’album : l’artiste parle de lui-même. “Ecrire, c’est un peu comme tenir mon journal intime”, explique-t-il.

Des écrits folk, pop, country, enrichis d’une ponctuation gospel. L’album débute avec le titre Numb : dix secondes suffisent pour nous convaincre et nous faire rejoindre les chœurs. Le titre d’ouverture évoque son désir d’évasion alors qu’il travaille comme agent d’entretien pour la municipalité de Des Moines dans les parcs et jardins. Sa petite amie (pour qui il abandonne Berklee, rappelons-le) le quitte, le laissant comme piégé, sans savoir où aller. “Honey, here I go again, down that crooked road of sin…” (Chérie, me voici à nouveau sur cette tortueuse voie du péché…).

Sur Standing On My Own, Max Jury dévoile une voix empreinte de fragilité. “J’ai dû apprendre à chanter doucement, à trouver une façon d’utiliser ce que j’avais, parce que je ne briserais jamais des verres avec des notes surpuissantes.” Suivent des ballades léchées et intimistes. Certaines frappent en plein cœur comme Princess, Great American Novel (“Now I’m waiting for a train / New York to Boston / It’s not supposed to be this way”) ou encore Home. Max Jury n’oublie pas pour autant ses racines country et nous offrent Beg & Crawl et Ella’s Moonshine.

Pour l’anecdote : après un malencontreux incident dans un studio à New York impliquant la table de mixage historique de Jimi Hendrix (!), Max Jury part enregistrer son album en Caroline du Nord, dans le studio d’un ami bassiste (soit le salon de ses parents) et s’adresse au directeur musical… d’une église noire locale. Un mélange des genres qui fait des étincelles.

Un article de Télérama pose la question “Max Jury est-il le grand songwriter américain de demain ?”, le comparant même à John Lennon… Laissons-lui un peu le temps de nous séduire un peu plus. See you soon Max !

TracklistMax Jury

  1. Numb
  2. Standing On My Own
  3. Grace
  4. Beg & Crawl
  5. Princess
  6. Ella’s Moonshine
  7. Great American Novel
  8. Love That Grows Old
  9. Dreams
  10. Little Lean Jacket
  11. Home

icone page web Site officiel de Max Jury
icone facebook Facebook de Max Jury
icone twitter Twitter de Max Jury
icone youtube Max Jury sur YouTube
icone deezer Écouter Max Jury sur Deezer