Vous saviez vous, qu’au Japon on ne concevait pas uniquement des jeux vidéos et pleins de gadgets hi-tech à l’utilité plus ou moins prouvée ? On y fait aussi de la musique, et de la bonne en plus ! C’est vrai qu’en Occident, on s’acharne tellement à nous tirer les oreilles de l’autre côté de l’Atlantique qu’on en oublierait presque qu’ailleurs aussi, et bien, on sait jouer de la guitare et chanter dans un micro ! En l’occurrence ici, il ne sera pas question de “pop singers” japonais mais bien de séquenceurs, pad controls et autres joujoux électroniques. Démonstration avec le duo tokyoïte HIFANA qui nous prouve que le Japon est définitivement un pays tourné vers l’avenir et mériterait d’être mieux représenté chez nous.

Si le hip-hop anglophone a longtemps régné en maitre sur l’industrie musicale depuis sa création au milieu des années 70, on oublie bien souvent que de nombreux artistes à travers le monde ont aussi œuvré à son évolution, démontrant ainsi que le mouvement ne s’arrête pas à la sortie des ghettos ni aux débits secs de la langue anglais. On peut citer en vrac et en oubliant au passage beaucoup d’autres personnalités : Rocca en France (d’origine colombienne, il rappe aussi en espagnol), Mondo Marcio en Italie, Vico C à Puerto-Rico, The Streets en Angleterre (c’est mon exception) et Zeebra au Japon… Tiens le Japon, d’ailleurs ce dernier n’est pas en reste niveau artistes de qualité et : DJ Kentaro (champion du monde au DMC en 2002), Nitro Microphone Underground, le label Def Jam (DMX, Jay-Z, Scarface…) possède même sa branche là-bas, Def Jam Japan. Alors, différence culturelles, difficultés à se familiariser avec la langue, perte des repères… voici autant de raisons qui font qu’aujourd’hui sans doute le J-rap comme on l’appelle n’est pas ou très peu représenté chez nous. Pourtant avec des noms destinés à devenir de plus en plus importants au fil des ans, il va bien falloir ouvrir grand ses oreilles et voir rebondir ce son sur nos tympans ! Les Etats-Unis ont déjà un peu ouvert la voie (aussi pour des raisons commerciales) et si le public français est très friand de mangas et des films de Myazaki, c’est une autre histoire en ce qui concerne la musique.

Heureusement HIFANA est là et offre une petite piqûre de rappel à tous ceux qui auraient oublié les messagers du pays du Soleil Levant. HIFANA, pour résumer, c’est un peu nos Trickaz à nous (voir l’article ici). Keizo Machine! et Juicy, percussionnistes dans une formation classique, ont troqué une partie de leurs instruments pour des MPC, des samplers, des platines, des batteries électroniques… et s’en donnent maintenant à cœur joie. Leur truc : de grosses rythmiques sur lesquelles vont venir s’ajouter toutes sortes de sonorités et de samples, électroniques ou non, d’ailleurs. Tout comme Trickaz, HIFANA joue toutes ses compositions (en studio ou sur scène) en live, laissant en plus une bonne part à l’improvisation. Indiscutablement hip-hop, ces deux musiciens s’inscrivent directement dans la mouvance de cette nouvelle vague électronique d’artistes japonais que représentent DJ Kentaro, DJ Krush, DJ Hanger, Leopaldon… Leur premier album sorti en 2003, Fresh Push Breakin’ est déjà une référence en matière d’électro/hip-hop expérimental et instrumental à l’image de son morceau Fatbros qui mélange beatbox, guitare électriques, nappes synthétiques et plus surprenant, des sons du quotidien (le bruit d’un skateboard en train de rouler devient à cet instant un ostinato) ! Dès la sortie de ce disque, le duo  cherche à marquer aussi bien son identité sonore que visuelle à travers ses clips, des animés, des DVD et des vidéos lives jouées sur scène par des VJ’s. Entre futurisme et traditions, leur univers n’est pas non plus dénué d’humour. En 2007 après avoir fait la première partie de Daft Punk au Japon sort Hifana Nampooh Cable. Un disque réalisé en collaboration avec des artistes de J-Music et comprenant notamment le titre Zamuraï, réunissant la fine fleur du hip-hop local en la présence de DJ Kentaro, Tucker, Incredible Beatbox Band, Hunger

Cet été HIFANA était de retour avec 24h, un nouvel opus qui assure au groupe encore un peu plus de notoriété. Dommage qu’elle n’arrive pas à dépasser  nos frontières. Le futur du hip-hop c’est peut-être là-bas qu’il se cache.

Site Officiel (Traduis en anglais rassurez-vous !)
Myspace
Voir Interview de HIFANA en 2008 sur Orient-Extrème.com
La Chaine Youtube Officiel d’HIFANA
Ecouter 24h sur Deezer
Ecouter Connect sur Deezer